Odalibre

Statut de la liberté

Revisitant le thème très prisé des Orientalistes du 19ème siècle, Philippe Gauberti libère ces belles odalisques captives et esclaves sexuelles et les rebaptise ODALIBRES  : Odalisques ayant acquis le statut de la liberté.

Leurs ouvertures arrondies, introspectives et libératrices, sont des offrandes à la lumière qui les habitent. Elles réfléchissent et nous font réfléchir.
Dans cette réinterprétation, l’artiste dénonce les abus sexuels et la confusion entre séduction et consentement.​